AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Ce forum est FERMÉ... ... ॐ CE FORUM EST INACTIF... ॐ Ce forum est FERMÉ... ... ॐ CE FORUM EST INACTIF ... ॐ Ce forum est FERMÉ... ...ॐ CE FORUM EST INACTIF... ॐ Ce forum est FERMÉ...

Partagez | 
 

 Connaissez-vous ibn Arabi ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Connaissez-vous ibn Arabi ?   Mer 20 Oct - 9:05

c'est un grand mystique soufi

Un saint universel
Sa relation privilégiée à Jésus, et son exaltation de l'Amour, n'empêchent pas le musulman Ibn Arabî de critiquer de façon très classique le discours chrétien, ni de rester fidèle, durant sa vie marquée par les croisades, à sa religion et à sa communauté. Mais sa vision mystique de Dieu en fait un des saints les plus universels qui soient. D'où vient donc cette universalité ? De sa doctrine de « l'unicité de l'être » – wabdat al-wujûd – selon laquelle, à proprement parler, il n'est rien en dehors de Dieu. Dans cette perspective, tout l'univers n'est qu'illusion et, en même temps, dans tout l'univers il n'est rien d'autre que Lui. Pour Ibn Arabî, il faut prendre à la lettre le verset coranique (2, 115) qui affirme : « Où que vous vous tourniez, là est la Face de Dieu. » Il en résulte non pas que l'univers est Dieu – ce qui relèverait du panthéisme – mais que la moindre chose du monde est le lieu d'une théophanie, d'une manifestation divine.

Un don divin
Il en résulte aussi que même lorsque les infidèles se trompent de Dieu, ils ne se trompent pas tant que cela ! Car l'idole elle-même, au-delà des erreurs de l'idolâtre, est en quelque sorte signe du vrai Dieu ! Ainsi le mystique ose-t-il affirmer qu'« en tout adoré, Dieu possède une face », ou que « Dieu est l'adoré en tout adoré », quelle que soit la religion concernée. Lorsque le Coran (17, 23) annonce : « Ton Seigneur a décrété que vous n'adorerez que Lui », il faut aller au-delà de l'interprétation courante qui fait de cette phrase un ordre, un impératif, et la prendre comme un don divin : quel que soit l'objet de votre foi, c'est Moi que vous priez, car « Ma Miséricorde embrasse toute chose » (7, 18). Peut-on imaginer vision religieuse plus universaliste ? Lorsque Ibn Arabî rappelle, dans la Sagesse des prophètes, la parole de celui que l'on nomme le « seigneur des soufis », Junayd de Bagdad – « la couleur de l'eau, c'est la couleur de son récipient » – il signifie que les traditions religieuses fonctionnent comme des réceptacles de l'Essence divine (voir encadré). Par nature, celle-ci est sans couleur, c'est-à-dire sans attribut ni qualité, et les noms que nous donnons à Dieu ne sont que des vocables humains. Conclusion : au regard de l'Absolu, les religions ne peuvent être hiérarchisées, car toutes, autant qu'elles sont, ne peuvent prétendre qu'au titre de médiations. Cela dit, la métaphore de Junayd implique une autre conséquence : l'Essence divine ne peut être approchée que par la voie nécessaire d'une tradition, quelle qu'elle soit – essayez donc de vous désaltérer d'un quelconque fluide sans l'aide d'aucun récipient ! Ibn Arabî se réfère à dessein à ce symbole du réceptacle : il sait que sans l'aide d'un récipient quelconque, le liquide s'échappe et se perd à jamais sans le support d'une religion, la substance spirituelle, une et universelle, demeure inaccessible. Aussi, s'il est conscient que « les religions sont les fleuves d'une même source », son adhésion à l'islam reste pleine et entière. Nulle trace chez lui d'un quelconque indifférentisme ou d'un quelconque relativisme : l'islam est la vraie religion, au sens où il ouvre la voie à la plénitude de la vraie foi, et ses obligations sont justifiées par le soufi sans la moindre ambiguïté – son livre, la Profession de foi, et sa pratique personnelle sont, à cet égard, des contre-preuves indubitables vis-à-vis de toutes les accusations d'hétérodoxie dont il a fait l'objet. A noter, d'ailleurs, que l'islam lui-même ne se définit pas comme une nouvelle religion, mais comme le simple rappel de la foi primordiale incarnée par Abraham, et qui remonte en réalité à Adam, premier homme et premier prophète.

Le djihad
Un caravansérail sur la route de La Mecque. Manuscrit ottoman du XVe siècle. Musée de Topkapi. Istanbul.
On pourra toutefois remarquer que le vocabulaire de l'islam est empreint d'une histoire où la guerre, dès le début, a eu sa place. Précisément, Ibn Arabî est l'un des premiers à reconvertir, à retourner chacun des termes « guerriers » de l'islam des premiers siècles pour les réinvestir d'un sens profond en rapport avec le cheminement du mystique : chez lui, le djihad n'est pas la guerre sainte, mais le dépassement de soi-même propre à l'homme intérieur, le mujâhidin n'est pas le soldat, mais celui qui s'est engagé dans le combat spirituel. Le titre même de son chef-d'œuvre, composé de trente-sept volumes, et auquel il travailla quarante ans de sa vie, Al-Futûhat al-Makkiyya, reflète cette réinterprétation soufie des mots de la culture arabe. On a pu traduire ce titre par les Illuminations de La Mecque ou les Révélations mecquoises, mais le sens premier peut être rendu par les « conquêtes mecquoises ». Conquêtes spirituelles, bien sûr, mais le maître soufi reprend là un terme qui signifie étymologiquement « ouvertures », et qui a été utilisé durant des siècles pour désigner les conquêtes de l'empire arabe, comprises comme ouvertures des frontières. Ainsi use-t-il d'un terme guerrier pour dire le fond de sa démarche, centrée sur l'amour ! Dans ce même livre, d'ailleurs, il va jusqu'à reprendre à son compte la fameuse phrase qu'aurait dite le Prophète avant la bataille de Badr : « Faites ce que vous voulez, je vous ai déjà pardonné. » Une phrase qui, vraisemblablement, avait pour but de dédouaner les combattants de toute culpabilité vis-à-vis des transgressions morales et religieuses qu'ils seraient amenés à commettre dans la première grande bataille de l'islam. Une phrase qui se retrouve transfigurée, sous la plume d'Ibn Arabî, pour devenir un équivalent du « Aime et fais ce que tu veux » de saint Augustin ! L'Amant de Dieu, explique-t-il, se trouve propulsé dans une dimension supérieure à celle des règles établies, il devient libre à l'égard de toutes les normes, y compris religieuses.

Revenir en haut Aller en bas
Hélène

avatar

Localisation : Montréal Parc Lafontaine

MessageSujet: Re: Connaissez-vous ibn Arabi ?   Mer 20 Oct - 11:00

Non je ne le connais pas. Tout ce que je pense c'est que j'ai souvent lu des petites histoires de lui. Mais à part ça c'est le néant. Merçi pour les informations données!

_________________
Nous ne pouvons maîtriser notre faiblesse en la combattant ou en essayant de raisonner à son sujet. Nous dépassons notre faiblesse en la laissant derrière nous. Ce qui signifie que nous prenons conscience des tendances qui nous tirent vers le bas, qui n'alimentent pas notre foi en nous-mêmes, qui ne favorisent pas l'amour de soi, en affirmant: "Désormais je ne souhaite plus être ainsi" Stuart Wilde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.123gifs.com/avatars/Nature/12.jpg
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Connaissez-vous ibn Arabi ?   Mer 20 Oct - 12:27

C'était vraiment un type formidable et un saint.
S'il avait été écouté bien des choses ne se produiraient pas à notre époque !
Revenir en haut Aller en bas
Hélène

avatar

Localisation : Montréal Parc Lafontaine

MessageSujet: Re: Connaissez-vous ibn Arabi ?   Jeu 21 Oct - 11:30

comme quoi que malgré la sagesse qui nous entoure et le lourd passé qui nous encombre on reproduit toujours les mêmes sottises.

En sociologie on précisait que la mémoire collective ne survivait pas à sa génération. La preuve est là!

_________________
Nous ne pouvons maîtriser notre faiblesse en la combattant ou en essayant de raisonner à son sujet. Nous dépassons notre faiblesse en la laissant derrière nous. Ce qui signifie que nous prenons conscience des tendances qui nous tirent vers le bas, qui n'alimentent pas notre foi en nous-mêmes, qui ne favorisent pas l'amour de soi, en affirmant: "Désormais je ne souhaite plus être ainsi" Stuart Wilde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.123gifs.com/avatars/Nature/12.jpg
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Connaissez-vous ibn Arabi ?   Ven 22 Oct - 22:15

Si je devais me joindre à une religion ou une philosophie quelconque ce serait celle là.

Mais comme vous savez je suis très frileuse quand on parle de religion...

Je ne me suis jamais cachée d'avoir été initiée à l'Islam et j'en suis fière.

Parlez moi de Lumière, d'Amour, d'Humilité, de générosité etcetera et j'embarque.

Dans toutes les religions et toutes les couches de la société il y a des esprits tordus comme les fameux "terroristes" que tout le monde craint tellement.
L'Islam ce n'est pas ça.

Tout ce que je connais de l'Islam me plait beaucoup beaucoup..

C'est mon opinion et je la partage. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Connaissez-vous ibn Arabi ?   Lun 25 Oct - 11:51

Je connais assez bien l'Islam mais je préfère la branche spirituelle qui est le Soufisme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Connaissez-vous ibn Arabi ?   Lun 25 Oct - 17:05

AAAAAAAAAAAhhhhhhhhhhhhhhh là tu m'as eue.
Le Soufisme je ne connais pas du tout à part en avoir entendu parler. Pas plus.
Les derviches tourneurs sont dans le soufisme? Je suppose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Connaissez-vous ibn Arabi ?   Jeu 28 Oct - 12:57

La spiritualité ,L'ÉNERGIE DIVINE pour moi c'est ça emo18


Christiane.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Connaissez-vous ibn Arabi ?   Ven 29 Oct - 13:40

oui Jeannie les derviches tourneur en font partie, mais c'est une pratique plutôt réservée aux moines, dans la vie courante on ne voit pas ce genre de chose.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Connaissez-vous ibn Arabi ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Connaissez-vous ibn Arabi ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CHEMINEMENT INTÉRIEUR :: Croyances et tabous-
Sauter vers: